Flag of Free France 1940-1944.svg

Résistance, résistantes et résistants dans le Pas-de-Calais

(1940-1945)

Accueil

 

Réseaux d'évasion

  été 1940

     L'aide aux soldats britanniques restés en France après Dunkerque va constituer une activité de choix pour ceux qui cherchent à faire quelque chose. Des groupes d'interconnaissance se forment, car il faut héberger, habiller, nourrir ces soldats alliés. Zones de récupération : le littoral (Calais), l’Audomarois (les marais), le Pays d’Aire, le Bassin Minier, l’Arrageois)

   Les premières filières

     A la fin de l'été 40, se mettent en place les premières filières de rapatriement :

  par Lille : filière de La Madeleine, autour de ce qui sera bientôt la Vraie France qui irradie vers Saint-Omer (Didry, Groupe Bourgeois), vers Lillers-Burbure (groupe Duez, Protais Dubois, avec le concours d’Harold Cole), vers Carvin

  par Aire-sur-la-Lys : énigmatique réseau Lord Denys qui pousse les linéaments jusqu'à Aire, Saint-Omer et Pas-en-Artois (Raphaël Caux, pâtissier à Aire)

  par Arras : filière Richard Cœur de Lion qui draine l’Arrageois et une partie du Ternois (arrestations mars 1914)

  par Béthune : groupe du réseau du Musée de l'Homme (Sylvette Leleu, Andrieu, etc.)

  par Calais :  réseau Jean de Vienne

      Arrestations

  novembre 1940 : Tilques

  4 janvier 1941 :  grosse rafle à Saint-Omer (équipe Bourgeois)

  mars 1941 : Richard Cœur de Lion, à Arras

  juin 1941 :  Musée de l’Homme

  juillet 1941 :  Jean de Vienne-Calais

  

  Pat O’Leary (mars 1941-mars 1943)

  printemps 1941 : le réseau Pat O’leary s’organise sous l’égide du MI 9, autour du centre de Lille-La Madeleine et avec ramifications vers Saint-Omer (Didry-Fillerin), vers Arras ? (Gosse), vers Béthune-Lillers (Dubois, Duez) vers la région de Carvin. Convoyages assurés par Harold Cole, par Abbeville (abbé Carpentier), Paris, Marseille, puis l’Espagne.

  septembre-décembre 41 : infiltration de Pat O’leary par agents doubles et trahison de Paul Cole ---> démantèlement de Saint-Omer, Béthune, Carvin

  janvier-juillet 42 : reconstruction du réseau dans le Nord de la France sous l’égide de Jean de la Olla, en permanence à Lille. Dans le Pas-de-Calais, contact avec Norbert Fillerin, réactivé à partir de juillet par les visites de Saint-Jean (Louis-Henri Nouveau) qui reconstitue le groupe de l’Audomarois (Havet à Lumbres, etc.), avec Gaston Berthe de Calais, le Boulonnais (Abel Charles de Neufchâtel - action d’ailleurs très difficile dans ce secteur)

  Grande époque de Norbert Fillerin, à l’automne 42 et l’hiver 43 qui prospecte dans toute la France et plus particulièrement vers la Bretagne.

  Arrestations de février-mars 1943 qui démantèlent définitivement le réseau Pat.

 

  Les réseaux d’évasion après Pat (1943-1944)

 

  Bordeaux-Loupiac, actif dès la mi-1943, à partir du centre de lillois (Hégedos) et des centres secondaires d’Arras et de Frévent (Guittard). Action qui s’étend, pour la récupération de pilotes de plus en plus nombreux jusqu’à Renty (centre Fillerin).

  Shelburn, initié dans l’Audomarois en septembre 1943 par Marie-Rose Zerlhing qui prend contact avec le groupe lumbrois (François Havet) et sans doute les Audomarois (Phéhiers, Boubert, Gaquière, etc.) Quelques récupérations de pilotes sur l’Audomarois et la Flandre fin 1943. Groupe démantelé avec les arrestations qui frappent l’O.C.M. en décembre 43- janvier 44.

  Comète, fort probablement vers Bapaume et Arras (Balési, Rose Witton, etc.) avec possibilité d’intervention, début 1944 dans l’Audomarois (Pléhiers ?)

  Bourgogne (??), bien possible, mais peu d’éléments, à partir d’Arras avec ramifications vers le Ternois et le Haut-Pays (Raymond Boulet???)

  Hunter-Nord, sous toutes réserves, au début de 1944. Il est sûr qu’André Robin, d’Aire-sur-la-Lys, affilié à ce réseau de renseignements récupère des pilotes tombés dans le Haut-Pays en janvier-février 44, qu’il les évacue, mais par une filière qui ne doit pas être Hunter-Nord. Peut-être par un réseau Lord Denys, mentionné plus haut, mais qui n’a pas été homologué par la suite.