Flag of Free France 1940-1944.svg

Résistance, résistantes et résistants dans le Pas-de-Calais

(1940-1945)

Accueil

 

Les rats (1941)

par Madeleine Bommier

 

Depuis que les chats gros et gras

Endormis comme des marmottes

Furent mangés en gibelottes

C'est grande fête chez les rats...

 

En vérité, les rats s'amusent...

Ils mènent bon train jour et nuit

Je dirai même qu'ils abusent

C'est trop de butin, trop de bruit.

 

On les voit, en robe grisaille,

Aller, venir, faire le guet

S'immiscer le long des murailles...

Et nous en sommes fatigués

 

Dans les fossés, dans les tanières,

Ils se glissent tout en rampant,

En se targuant à leur manière

Du simple droit de l'occupant !

 

Et l'on entend : "Qui fait ripaille ?

Récolte les oeufs dans les nids ?

Prend le lait ? trousse la volaille ?

Sans que ce soit jamais fini ?

 

Quels sont ces affamés gloutons

Qui ne rêvent que bonne chère

Et vont  voler les canetons

Sous le plumage de leur mère ?

 

Ils pillent le blé de la grange,

Raflent les poules, les lapins,

Les pommes de terre, le pain

Et tout... et tout ce qui se mange !

 

Quand on répond : "Ce sont les rats"

Plus d'une fermière un peu vive

Corrige par une invective

Disant : Scélérats ! Scélérats !

 

O rats, vous vous croyez licence

D'envahir maisons et cités,...

Mais il faut que cela finisse

Il se peut qu'un jour on sévisse

Et qu'il y ait interruption

Dans votre chère occupation...

 

Riez, gardez votre superbe...

Un jour s'éveilleront les chats,

Alors retenez le proverbe :

"Tel qui rit vendredi, dimanche pleure, rats".