Flag of Free France 1940-1944.svg

Résistance, résistantes et résistants dans le Pas-de-Calais

(1940-1945)

Accueil

 

Les petites ailes du Nord

Dès le milieu de l'automne, des groupes de résistants de la métropole lilloise s'étaient lancés dans la diffusion de journaux clandestins. En septembre ou octobre 1940, une petite équipe animée par Jacques-Yves Mulliez, agent du S.R. de Vichy, produisait , "Les Petits Ailes du Nord" qui s'inspirait de l'"Oiseau de France" de la première occupation. Le ton du journal était à la fois anti-allemand et pétainiste, en instruisant au mieux le mythe du double jeu: "un chef à l'intérieur, un chef à l'extérieur". Sa diffusion, restreinte, intéressait surtout la région de Lille, mais certains exemplaires, selon Guy Bataille, atteignirent le Boulonnais, grâce au capitaine de réserve Adolphe Herry, autre agent de renseignement du S.R. La dérive maréchaliste des "Petites Ailes" provoqua, au printemps 1941, une rupture au sein du groupe, surtout quand parut le numéro 6 (février), controversé à cause de l'allégeance à Pétain qu'il préconisait et ses attaques contre les juifs. Autour d'Henri Duprez, en cheville avec les organisations d'évasion, naquit "la Vraie France", et Natalis Dumez lança bientôt la "Voix du Nord", dont le premier numéro fut lancé en mai 1941. Jusqu'en juillet, neuf numéros parurent dont la diffusion contribua à renforcer les liens entre les résistants de la région. A cette fin, les réseaux d'évasion étaient largement sollicités, comme les contacts nés de l'automne précédent. Voix du Nord toucha précocement le Pas-de-Calais. Des exemplaires du numéro 3 étaient saisis à Saint-Omer dès le mois de mai. Par l'intermédiaire de cheminots comme d'Hallendre et Delassus, Arras était touché et le groupe Lobbedez prenait ainsi quelque consistance.